mardi 28 juin 2016



Club lecture du 24 juin 2016

L’Abbaye de Northanger – Jane Austen

Résumé :
A Bath, où elle séjourne avec des amis de la famille, la jeune Catherine Morland se lie d’amitié avec la jeune Isabelle Thorpe puis rencontre un jeune clergyman, Henry Tilney  bientôt rejoint par sa sœur Eléonore. Ces deux derniers l’invitent à passer quelque temps à la campagne, dans leur manoir de Northanger Abbey, vieille demeure médiévale, où ils vivent avec leur père veuf. Dans cette demeure gothique qui semble abriter des secrets inavouables, l’imagination fertile de Catherine entre en ébullition…

Notre avis :
Roman  facile à lire mais pour pouvoir l’apprécier, il est important de lire la notice insérée avant le roman car celui-ci a été écrit il y a plus de 200 ans.
Une écriture classique mais assez moderne (l’auteur interpelle le lecteur, porte un regard sur la littérature de l’époque)
Roman relativement contemporain qui porte un regard toujours actuel sur la société avec ses faux-semblants, ses codes sociaux.
Deux personnes du club n’ont cependant pas aimé ce livre.
                                                                    
                                                                 
Intérêt de l’histoire - Qualité d’écriture : 


La Reine des lectrices – Alan Bennett

Résumé :
Que se passerait-il outre-Manche si Sa Majesté la Reine se découvrait une passion pour la lecture ? Si, tout d'un coup, rien n'arrêtait son insatiable soif de livres, au point qu'elle en vienne à négliger ses engagements royaux ?
C'est à cette drôle de fiction que nous invite Alan Bennett, le plus grinçant des comiques anglais. Henry James, les sœurs Brontë, Jean Genet et bien d'autres défilent sous l'œil implacable d'Elizabeth, cependant que le monde empesé so British de Buckingham Palace s'inquiète

Notre avis :
Livre plaisant, qui se lit facilement et fait passer un bon moment.
Scénario original, situations cocasses : quand on ferme le livre on a l’impression d’avoir passé une journée avec la reine Elisabeth II.
Ce livre est aussi un hymne à la lecture et à la liberté qu’elle procure.
Certains membres du club ont regretté leur manque de repères culturels sur la société anglaise ; cela a amoindri leur intérêt pour le livre.
                                                                    

Intérêt de l'histoire - Qualité d'écriture :






La couleur de l’eau – Kerry Hudson


Résumé :
Sous le charme, Dave, vigile dans un luxueux magasin londonien, laisse, partir une jeune voleuse qu’il venait de surprendre. Sa journée terminée, il la découvre dehors, à l’attendre. C’est le début d’une relation complexe, entre deux êtres abîmés, chacun dissimulant un lourd passé. Comment Alena, venue avec tant de projets de sa Russie natale, se retrouve-t-elle à la rue et sans papiers ? Pourquoi Dave vit-il comme en exil à quelques kilomètres de chez lui ? Qu’ont-ils bien pu traverser l’un et l’autre pour être si tôt désabusés ?

Notre avis :
Ce livre nous a déçues, lassées, au niveau de l’intrigue mais également en ce qui concerne l’écriture et la construction du roman que nous avons trouvée décousue et difficile à suivre.


Intérêt de l'histoire - Qualité d'écriture :

 

Victoria et les Staveney – Doris Lessing


Résumé :
Victoria n'a jamais oublié sa rencontre, à l'âge de neuf ans, avec une riche famille blanche, les Staveney. Ce souvenir entêtant la poussera,  des années plus tard, à entamer une liaison avec leur fils, Thomas …

Notre avis :
Ecriture fabuleuse, concise ; tout est dit en peu de phrases. Ce livre est écrit pour dire des choses de la société, notamment sur la relation mère-fille, les différences sociales.
Conseil : ne pas lire la 4ème de couverture avant le roman car sa lecture peut  induire des attentes qui ne correspondent pas à la construction du récit.
Une lectrice, qui a relu ce roman à l’occasion du club lecture, y a trouvé un intérêt accru et souligne la justesse des mots pour décrire les situations.
 

Intérêt de l'histoire :
Qualité d'écriture :






Dans les coulisses du musée – Kate Atkinson


Résumé
Dès l’instant précis de sa conception, une nuit de 1951, la petite Ruby Lennox a commencé à voir, à comprendre, à sentir. En particulier, elle sait qu’on se serait bien passé d’elle…
Et la voilà qui entreprend de nous raconter, avec une lucidité et un humour dévastateurs, son histoire, celle de ses parents, George et Bunty, petits boutiquiers d’York, de ses sœurs, de toute une famille anglaise moyenne – mais assurément pas ordinaire.
Mieux encore : Ruby remonte dans le passé. Si bien qu’à l’Angleterre des années 1950 et 1960 se mêlent les images de tout le xxe siècle.

Notre avis
Un premier roman, à la construction originale,  qui nous tient dès le début  même si, au fil des pages, on se sent parfois perdu dans la généalogie de l’héroïne.
Peut-être est-ce volontaire de la part de l’auteur car l’héroïne est elle-même perdue dans sa propre histoire familiale où elle cherche sa place.
Un conseil  pour faciliter la lecture : écrire, au fur et à mesure de l’avancée du roman, la généalogie de l’héroïne.

Intérêt de l'histoire :
Qualité de l'écriture :




Sélection pour le prochain club lecture du 14 octobre 2016 : Littérature Islandaise

La femme en vert - Arnaldur Indridason
La cloche d'Islande - Halldor Laxness
La lettre à Helga - Bergsveinn Birgisson 
Le moindre des mondes - Sjon








Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire